Un oeil indépendant sur l'immobilier des particuliers en France

Immobilier-danger > Actualité immobilière > Immobilier juin 2017 : les chiffres du mois

Où en est le marché immobilier ? Quelles sont les tendances pour l'immobilier en 2017 ?
> Téléchargez gratuitement le guide de l'achat immobilier en 2017 !

Immobilier juin 2017 : les chiffres du mois

En ce mois de juin 2017, voici les dernières actualités de l’immobilier en France. De nouvelles informations continuent d’être disponibles quasi-quotidiennement, cet article mensuel est l’occasion de faire un point sur les données importantes à retenir. Voici les sujets traités dans cet article :

- Une hausse importante des prix de l’immobilier au 1er trimestre 2017 et des volumes de ventes très importants.

- L’augmentation des taux d’intérêt qui reste très faible par rapport au mois dernier.

- Des changements importants au niveau de la liste des diagnostics obligatoires pour une mise en location à partir du 1er juillet 2017.

- Un point sur les nouvelles baisses de loyer observées en ce début 2017.

Mise à jour : découvrez les chiffres pour l’immobilier en septembre 2017.

Des prix en forte hausse au 1er trimestre 2017 et des volumes élevés de transactions

Les indices Notaires-INSEE sur les chiffres sur les ventes de biens immobiliers anciens du 1er trimestre 2017 confirment deux choses importantes :

1) Les volumes de ventes dans l’immobilier ancien continuent d’être très important. Sur un an, donc d’avril 2016 à mars 2017, il y a eu 881 000 ventes de logements anciens en France. C’est un record historique.

Chiffres sur l'évolution du nombre de ventes de logements anciens sur 12 mois glissants, source INSEE

Néanmoins comme le précise l’INSEE, le parc de logements augmente d’environ 1 % par an depuis 30 ans. On reste donc à des niveaux un peu moins élevé qu’en 2006 où 840 000 logements ont été vendus en un an (il aurait fallu 928 000 ventes en 2017 pour un même taux de rotation du parc de logements qu’en 2006).

2) Les prix des logements anciens ont fortement augmenté au 1er trimestre 2017. Ceci s’explique parce que ces chiffres sont basés sur les compromis de vente signés principalement au 4ème trimestre 2016 là où les taux de prêt immobilier avaient le plus baissé. On observe donc les variations suivantes sur les différents segments du marché immobilier français :

Chiffres sur l'évolution des prix des logements anciens en France, en Ile-de-France et en Province pour les appartements et pour les maisons en juin 2017

Les chiffres définitifs du 3ème trimestre 2016 et semi-définitifs du 4ème trimestre montrent des hausses très faibles par rapport à l’impact qu’aurait pu avoir la chute des taux d’intérêt à ces périodes-là. On a des augmentations moyennes de 1.3 % et de 1.5 % respectivement sur un an.

Les chiffres provisoires, qui peuvent encore assez variés, montrent des hausses des prix plus importantes au 1er trimestre 2017 avec +3.0 % sur un an (+3.4 % pour les appartements et +2.6 % pour les maisons). On peut voir que ces augmentations sont plus fortes en Ile-de-France (+3.8 %, tirées vers le haut par les prix à Paris qui ont fait +5.5 %) qu’en Province (+2.6 %).

Comme nous vous l’expliquions dans notre bilan pour l’immobilier en 2016 et tendances pour 2017, cette hausse des prix qui semble importante prise indépendamment du contexte ne compense qu’une partie du gain en pouvoir d’achat octroyé par une baisse des taux d’environ 89 points de base sur la même période (équivalent sur le gain de pouvoir d’achat à une baisse des prix d’environ 7.1 %).

Néanmoins, ces hausses de prix commencent à créer des tensions et à faire reculer la demande, surtout dans un contexte où les taux ont augmenté sur ces 6 derniers mois. Le marché pourrait bien connaître un gros ralentissement si les prix ne s’adaptent pas rapidement à ce changement de contexte.

Des taux quasiment stables sur un mois, mais des demandes en baisse

Après une hausse modérée en décembre 2016 et au début de l’année 2017, les taux de crédit immobilier ne connaissent plus beaucoup d’augmentation ces dernières semaines.

On note par exemple, que le taux d’intérêt moyen révélé par Crédit Logement CSA se situe à 1.56 % sur les prêts immobiliers souscrits en mai contre 1.55 % sur ceux d’avril. De plus, lors de notre comparatif des taux d’emprunt en juin 2017 avec ceux de mai 2017 nous n’observons que très peu d’évolution. Certains courtiers affichent même de petites baisses sur certaines durées de remboursement.

En outre, malgré des taux d’emprunt toujours très bas par rapport à leur historique de ces dernières années, la demande en prêt immobilier s’essouffle déjà. Il y a effectivement une baisse de la demande en crédit immobilier par rapport à la même période de l’année dernière :

Courbe de l'évolution du nombre de prêt immobilier souscrit sur 12 mois glissants en France en juin 2017

Les chiffres de la Banque de France viennent également confirmer ce ralentissement hors demandes de renégociation et de rachat. Ces dernières étant également en baisse importante et cela semble normal puisque beaucoup d’anciens emprunteurs ont déjà procédé à des changements pour obtenir un meilleur taux pour leur remboursement.

De plus, d’autres indicateurs avancés, comme l’analyse des fréquences de recherche sur Internet sur la thématique du crédit immobilier ou des taux immobiliers, montrent un niveau très bas d’intérêt pour ces sujets en ce mois de juin (l’équivalent de la fin du mois de décembre où l’activité était au plus bas). Ces tendances devraient se poursuivre à moins que de nouvelles diminutions des taux viennent rendre ce sujet plus attractif dans les semaines à venir.

Pour profiter au maximum de ces très bons taux d’emprunt, découvrez nos astuces pour votre prêt immobilier.

Des changements pour les diagnostics immobiliers obligatoires pour louer à partir du 1er juillet

Plus le temps passe et plus le nombre de diagnostics à fournir obligatoirement en annexe d’un bail de location augmente. Ce sera à nouveau le cas à partir du 1er juillet 2017. En effet, les diagnostics gaz et électricité font leur apparition dans la liste des documents obligatoires à fournir à votre futur locataire.

- Le diagnostic gaz contient comme son nom l’indique des informations sur les différentes installations au gaz qui existent dans votre logement. Concrètement, cela concerne tous les logements dont l’équipement au gaz a plus de 15 ans. Ce certificat est valable 3 ans. Il vise à réduire les risques d’un équipement défectueux ou vétuste. Vous en serez plus dans notre dossier sur le diagnostic gaz.

- Le diagnostic électrique fait la même chose mais pour tout ce qui touche à l’électricité dans l’appartement ou la maison. Cela concerne donc davantage de biens immobiliers. Pour ce type de diagnostic, ce sont les logements de plus de 15 ans qui sont concernés. La durée de validité de ce document est également de 3 ans comme vous pouvez le découvrir dans notre dossier sur le diagnostic électrique.

Tout nouveau contrat de location signé à partir du 1er juillet devra donc contenir obligatoirement ces 2 diagnostics supplémentaires si le logement loué répond à ces caractéristiques. Des frais supplémentaires sont donc à prévoir pour toute nouvelle mise en location ou lors du prochain changement de locataire.

Pour en savoir plus à ce sujet, consultez la liste des diagnostics immobiliers obligatoires pour louer un appartement ou une maison.

Une baisse des loyers dans 53.8 % des grandes villes en ce début 2017

L’observatoire CLAMEUR a publié les dernières statistiques sur les loyers en France à fin mai 2017.

On y trouve de nombreuses informations précieuses pour les propriétaires bailleurs, les locataires, les professionnels de l’immobilier locatif et tous ceux intéressés par ce sujet.

Les loyers sont globalement en baisse de 0.5 % sur les 5 premiers mois de l’année 2017 malgré le retour d’une inflation plus forte et après une hausse de 1.0 % en 2016 et une baisse de 1.1 % en 2015 :

Courbe des variations annuelles sur les loyers et comparaison avec l'inflation par Clameur en mai 2017

Ces diminutions des loyers se passent malgré un dynamisme assez important du marché par rapport à sa tendance historique. Les changements de location restent fréquents ces derniers trimestres. Cette baisse des loyers peut s’expliquer en partie par une forte baisse depuis 4 ans des efforts d’amélioration des logements par les propriétaires bailleurs.

Il est normal qu’un bien immobilier non entretenu régulièrement perde de la valeur aussi bien sur le marché locatif qu’en termes de valorisation pour une potentielle revente.

Cette baisse des loyers s’observe dans 53.8 % des agglomérations de plus de 100 000 habitants. Il y a, de plus, 33.3 % des agglomérations qui enregistrent des loyers stables ou avec des hausses plus faibles que l’inflation. Cela ne laisse donc que 12.9 % de villes avec des loyers en hausse au même niveau que l’inflation ou plus :

Liste des villes de plus de 100 000 habitants avec variation des loyers en 2017 et sur 4 ans par Clameur en mai 2017

C’est un phénomène qui dure depuis 2013. En effet, 41.0 % de ces villes voient les loyers baisser ou rester stable depuis 2013 et 33.3 % enregistrent des hausses inférieures à l’inflation sur ces 4 dernières années. De quoi donner à bien réfléchir avant de réaliser un investissement locatif ou d’étudier l’intérêt d’une revente si votre investissement ne vous satisfait plus.

Article initial publié le 19/06/2017

Pour aller plus loin :

- Découvrez quelle est la meilleure banque pour votre prêt immobilier en 2017.

- Posez-vous ces 25 questions avant d’acheter un logement.

- Consultez nos conseils pour acheter de l’immobilier de particulier à particulier.

- Utilisez ces 7 sites pour estimer le prix d’un bien immobilier.

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir et partagez le :

Faites de nombreux calculs pour trouver les meilleures solutions pour votre projet : utilisez nos calculettes immobilières gratuites !

Naviguez par thématique similaire : Prix immobilier Immobilier 2017 

Qui sommes nous ? | Contact | Partenaires