Un oeil indépendant sur l'immobilier des particuliers en France

Immobilier-danger > Achat de maison ou d’appartement > Investissement locatif > Charges non imputables au locataire

Où en est le marché immobilier ? Quelles sont les tendances pour l'immobilier en 2018 ?
> Téléchargez gratuitement le guide de l'achat immobilier en 2018 !

Charges non imputables au locataire

Lorsque vous louez votre bien immobilier à un locataire, une partie des charges locatives sont récupérables. Elles seront donc payées par le locataire. En revanche, certaines dépenses restent à la charge du propriétaire bailleur car non imputable au locataire. Cela représente un coût qui peut être non négligeable et qu’il faut donc bien prendre en compte pour la rentabilité de votre investissement locatif. Voici la liste des charges non récupérables lors d’une mise en location.

Locataire/propriétaire : qui paye quoi ?

Dans la vie d’un logement, il y a différents frais à payer. Que ce soit pour son utilisation au quotidien (eau, énergie pour le chauffage ou la cuisson, électricité, etc.), pour son entretien courant (du remplacement d’une ampoule qui ne fonctionne plus au coup de peinture à rafraîchir) et de son amélioration (meilleure isolation, ajout de placard, rénovation d’une salle de bains, etc.). Lorsque vous êtes le propriétaire du bien dans lequel vous habitez, il n’y a pas de questions à se poser. C’est toujours vous qui payez. Par contre, lorsqu’il y a un propriétaire bailleur et un locataire distinct, il est parfois difficile de savoir qui doit payer quoi pour ces frais de logement.

Généralement, le bailleur va demander une provision pour charges chaque mois avant de procéder ensuite à une régularisation des charges. Ceci pour l’ensemble des charges qu’il peut imputer à son locataire. Ceux-ci sont définis de manière très stricte par la loi par l’intermédiaire du décret n°87-713 du 26 août 1987 que nous résumons dans notre article sur les charges locatives récupérables.

Il faut savoir que ceci n’a rien d’obligatoire. Le propriétaire peut décider de ne pas récupérer l’intégralité des charges imputables à son locataire.

Vous l’aurez compris, si une liste des charges récupérables existe, c’est parce que certaines dépenses ne le sont pas. Il y a donc des frais qui restent à la charge du propriétaire bailleur.

Liste des charges non récupérables que l’investisseur doit payer

Les textes de loi sont clairs. Tout ce qui ne figure pas dans la liste des charges récupérables du décret cité ci-dessus sont des charges non imputables à votre locataire. Pour simplifier la compréhension de ces postes de dépenses en voici les principaux :

- Frais de financement et d’assurance : Quand vous financez votre investissement par un crédit immobilier, vous ne pouvez pas reporter vos charges d’intérêts, d’assurance de prêt, de frais de garantie ou de dossier sur votre locataire. Ce n’est pas à votre locataire d’avoir à subir des frais générés par votre choix de financement. De même, les frais d’assurance habitation en tant que propriétaire non occupant sont à payer par le propriétaire bailleur.

- Certains impôts ou taxes : La taxe foncière est un impôt local qui reste à l’entière charge du propriétaire bailleur contrairement à la taxe d’habitation qui est à l’entière charge du locataire. En ce qui concerne la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM), elle est récupérable que si cette taxe est dissociée dans le régime communal. Si vous ne pouvez pas distinguer le montant exact de cette TEOM de votre taxe foncière, vous ne pouvez rien demander à votre locataire.

- Frais administratifs : vous gardez à votre charge tout ce qui concerne des frais de gestion, de syndic ou encore d’administration. En outre, vous ne pouvez pas faire payer l’envoi de la quittance de loyer.

- Eau chaude et chauffage : tout combustible stocké reste à votre charge ainsi que les frais de modernisation ou de remplacement d’un appareil défectueux.

- Propreté : les frais de dératisation, de nettoyage de vide-ordures ou encore de nettoyage des graffitis ne sont pas récupérables.

- Certains équipements : l’achat et l’installation d’un compteur, l’achat et l’installation d’un matériel de vidéosurveillance, le remplacement ou la mise aux normes des boîtes aux lettres, etc. tous ces équipements restent aux frais du bailleur.

- Rémunération du gardien : lorsque le gardien entretien l’immeuble et sort les poubelles, le bailleur ne paye que 25 % de son salaire et de ses charges. S’il ne réalise que l’une de ces 2 tâches, le bailleur en paye 60 %. S’il n’en effectue aucune, le bailleur paye 100 % du salaire et des charges du gardien. En outre, si l’entretien et la sortie des poubelles sont effectués par un intervenant extérieur sans logement de fonction, 100 % de ces frais sont récupérables sur le locataire.

Des frais inévitables qui viennent réduire le gain de votre investissement

La plupart des frais qui incombent au propriétaire bailleur sont des dépenses importantes. C’est donc un élément important à bien prendre en compte lorsque vous choisissez d’investir dans un bien immobilier locatif.

Premièrement, ces dépenses vont venir réduire le montant des loyers hors charges perçu. Vous toucherez donc moins d’argent de votre location. C’est une première réduction qui vient s’appliquer au rendement brut de votre investissement (il y aura ensuite les impôts et les prélèvements sociaux sur ces revenus locatifs). En fonction des logements, des copropriétés et de leurs besoins, ces frais peuvent être très variables d’un investissement à un autre et également d’une année à une autre pour un même bien. Il ne vous restera pas toujours le même montant une fois ces charges non imputables déduites de vos loyers.

Deuxièmement, cela va impacter de temps en temps votre trésorerie. Il y a parfois des charges à payer qui sont bien plus importantes que le loyer encaissé durant un mois. Cela va vous demander de devoir gérer ces fluctuations de trésorerie. Prévoyez donc de la marge de fonctionnement en gardant une capacité de financement suffisante à tout moment. Et cela peut même vite prendre de l’ampleur en cas d’impayés de loyer ou de vacances locatives.

Possible de déduire ces dépenses de vos revenus fonciers au réel

Pour les propriétaires ailleurs qui ont choisi de déclarer aux impôts ces revenus fonciers sur la base du régime réel en location nue, il sera possible de les déduire de vos loyers imposables de manière à en réduire l’imposition. Vous ne payerez ainsi des impôts et des prélèvements sociaux que sur le montant que vous avez réellement gagné une fois ces charges non récupérables déduites.

Retrouvez la liste des charges déductibles de vos loyers pour les impôts. Pensez-bien à déduire toutes les charges que vous pouvez car sinon vous payerez des impôts sur ces charges...

Attention, si vous percevez des revenus locatifs sans dépasser le plafond fixé et que vos charges restent faibles, vous auriez plutôt intérêt à opter pour le régime micro-foncier qui offre un abattement forfaitaire de 30 % sur vos revenus fonciers.

Pour aller plus loin :

- Découvrez les 6 choses à faire avant de mettre en location un logement.

- Regardez comment acheter pour louer en 2018.

- Renseignez-vous sur les possibilités de défiscalisation immobilière en 2018.

- Posez-vous ces 25 questions avant d’acheter un appartement.

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir et partagez le :

Faites de nombreux calculs pour trouver les meilleures solutions pour votre projet : utilisez nos calculettes immobilières gratuites !


Qui sommes nous ? | Contact | Partenaires