Lorsque vous faîtes appel à un courtier immobilier pour le dossier de votre prêt, il est important de comprendre le fonctionnement de sa rémunération afin d’anticiper convenablement les différents frais liés à votre projet d’achat immobilier. Alors que les prestataires sont variés et ne fournissent pas toujours les mêmes services, nous vous détaillons ici les deux rémunérations possibles d’un courtier.

Quels sont les différents types de rémunération ?

La rémunération d’un courtier en prêt immobilier se distingue en deux types : la commission bancaire et les frais de courtage. Selon les services proposés et les méthodes de travail de ce dernier, seulement la première ou les deux peuvent être appliquées.

La commission bancaire

Le courtier en prêt immobilier peut être sollicité par la banque prêteuse ou l’emprunteur. Dans tous les cas, ce premier bénéficie toujours d’une commission bancaire sur votre prêt, qui représente généralement 1% du montant de votre emprunt. Véritable apporteur d’affaires auprès de l’organisme bancaire prêteur, le courtier perçoit cette rémunération à ce titre uniquement, elle n’a donc aucune incidence sur les taux qui vous sont proposés en tant qu’emprunteur.

A noter, depuis quelques mois, la majorité des banques ont décidé de revoir à la baisse la commission des courtiers. On se situe plutôt actuellement entre 0.5 et 0.8 % actuellement contre une tendance à 1 % les années précédentes.

Les frais de courtage

Le courtier en prêt immobilier peut également décider d’appliquer des frais de courtage. En effet, suivant l’investissement de l’accompagnement proposé ou la complexité du dossier, ce dernier peut facturer des honoraires à ses clients. Fixés librement ces derniers varient en moyenne entre 950€ et 2500€ ou se présentent sous forme de forfaits qui correspondent généralement à 1% du prêt accordé.

Ces frais ne sont dus que si le crédit immobilier est signé, conformément au Code de la Consommation. De plus, les tarifs variant d’un courtier à l’autre, vous pouvez également négocier les frais de courtage demandés si vous le souhaitez.

La notion de courtier immobilier gratuit intervient lorsque ce dernier se rémunère uniquement avec la commission bancaire, et ne demande donc aucun frais de courtage à ses clients pour le dossier d’emprunt.

rémunération courtier immobilier

Comment connaître la rémunération de son courtier ?

À l’occasion d’un premier entretien, les clients et le courtier immobilier conviennent des services nécessaires. Qu’il s’agisse de conseils, d’orientation, ou d’accompagner leur dossier du début à la fin du projet, le temps d’implication et la charge de travail du courtier ne sont pas les mêmes. La rémunération de ce dernier doit alors être évoquée clairement et précisément avant d’envisager une collaboration.

Si les deux parties semblent s’entendre, le mandat d’exécution rédigé doit retranscrire les missions, mais aussi et surtout le type de rémunération du courtier. Cet accord manuscrit impose le règlement des frais de courtage par les clients, à la signature du prêt immobilier lorsque ces derniers ont lieu d’être.

Dans tous les cas, il est important de prendre en compte toutes les données dans le choix de votre courtier. En effet, si des frais de courtage s’appliquent, ces derniers peuvent représenter une dépense imprévue dans votre projet d’achat immobilier.

Toutefois, l’intervention d’un professionnel dans votre dossier vous garantit également un taux des plus avantageux pour votre prêt, qui peut rapidement représenter plusieurs milliers d’euros économisés sur le montant total de votre emprunt. Ses frais de courtage sont alors un investissement aux multiples avantages, à ne pas négliger trop vite.

 

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn