Quel est le salaire d'un courtier immobilier ?

Auteur : David LELONG | Date de modification : 22 novembre 2022

Vous souhaitez entamer une formation pour devenir courtier en prêt immobilier, mais la question des salaires vous semble floue ? Et pour cause, le calcul de la rémunération d’un courtier immobilier repose sur plusieurs paramètres en France. Afin de vous aider à y voir plus clair, les experts d’Immobilier Danger récapitulent pour vous tout ce qu’il faut savoir sur le métier de courtier : formation, rôle et salaire. Cela vous permettra d’avoir une idée plus précise sur le parcours de cet agent commercial en financement et sur ses prétentions salariales.

SIMULATION PRET IMMOBILIER >>

Qu’est-ce qu’un courtier immobilier ?

Un courtier en prêt immobilier est un professionnel de la finance qui occupe le rôle d’intermédiaire entre une banque et un particulier à la recherche d’un emprunt. Pour aider son client, le courtier doit posséder un réseau d’organismes prêteurs et être capable de négocier les meilleurs taux pour lui. Bien que la négociation constitue sa mission principale, le rôle d’un courtier immobilier est toutefois plus complexe. C’est ce que nous allons voir dans la première partie de notre article.

quels salaires pour un courtier en crédit immobilier ?

Les formations pour devenir courtier

Avant de pouvoir toucher vos premiers revenus en tant que courtier immobilier, il vous faudra d’abord suivre la bonne formation. En réalité, il n’existe pas un seul parcours type pour accéder à ce métier. D’un niveau bac +2 à bac +5, les études pour devenir courtier sont aujourd’hui multiples :

  • BTS : de niveau bac +2, le BTS suivi doit appartenir au domaine de l’assurance, de l’immobilier, du droit, de la banque ou de la finance. Ainsi, vous pouvez vous orienter vers un BTS Professions Immobilières ou un BTS Assurance.
  • BUT (ex-DUT) : de niveau bac +3, le BUT est toujours suivi dans un IUT (Institut Universitaire Technologique). Pour devenir courtier, vous pouvez par exemple faire un BUT Carrières Juridiques ou un BUT Techniques de commercialisation.
  • DEUST : cette licence professionnelle préparée en 3 ans peut également vous mener à cet emploi lorsqu’elle est suivie dans un des trois domaines liés au métier de courtier (assurance, finance, banque).
  • Niveau Master : ici, la formation bac +5 correspond à tous les diplômes proposés dans les secteurs cités précédemment tels qu’un diplôme d’ingénieur, un master de droit, un diplôme issu de l’École Nationale d’Assurance et bien plus encore.

Notez qu’au plus votre niveau de formation sera élevé, au plus vous pourrez espérer augmenter votre salaire brut annuel et progresser rapidement dans la hiérarchie.

Les missions d’un courtier immobilier

Comme nous l’avons vu plus haut, les courtiers sont des professionnels de la finance qui permettent de faire l’intermédiaire entre un établissement bancaire et un demandeur de prêt immobilier. En réalité, leur rôle se divise en plusieurs types de missions.

Dans un premier temps, le courtier immobilier doit prendre connaissance des besoins de son client. Acquisition, investissement locatif, rachat de crédit, assurance emprunteur… ce professionnel doit connaître le projet de son client dans les moindres détails. Pour l’aider à obtenir le meilleur taux, il doit par ailleurs étudier chaque pièce de son dossier afin de pouvoir mieux appréhender sa situation financière et personnelle (revenus, aides, taux d’endettement, etc.). Une fois qu’il aura rassemblé l’ensemble des informations nécessaires, il pourra alors contacter un réseau d’établissements prêteurs, comme les banques, dans le but de négocier ou renégocier les taux des crédits pour son client. Il doit ainsi savoir pour ce type de profil et de projet quelle est banque qui propose le meilleur taux immobilier en 2022.

En parallèle, le courtier immobilier doit se rendre disponible pour guider et répondre à toutes les questions que peut se poser son client. Il a donc besoin de rester informé sur le marché de l’immobilier et de la finance, d’où l’importance de faire une veille continuelle sur ces domaines (taux pratiqués par les banques, dernières législations en rigueur, etc.).

Comment est rémunéré un courtier immobilier ?

À la différence de nombreux métiers, le mode de rémunération des courtiers immobiliers repose sur plusieurs critères distincts. Il dépend notamment de la structure qui les emploie : cabinet de courtage, franchise ou indépendant.

Les différents statuts d’un courtier immobilier

Ainsi, un courtier qui exerce son activité au sein d’un cabinet peut espérer bénéficier d’un salaire fixe, contrairement à un courtier indépendant. En effet, le fait d’être salarié lui garantit une rémunération mensuelle globalement stable. À celle-ci peut ensuite venir s’ajouter des primes de rendement versées dans le but de récompenser sa productivité.

En devenant indépendant, le courtier immobilier doit alors trouver lui-même les sources de ses revenus. C’est également à lui de faire les démarches pour dénicher des clients, pour déterminer ses tarifs et pour se créer un réseau d’établissements bancaires. Il n’est pas toujours évident d’obtenir des conventions bancaires pour une création de société de courtage. Enfin, le courtier franchisé bénéficie à peu près des mêmes conditions de revenus qu’un indépendant. En étant soutenu par une franchise, il profite toutefois d’une activité plus sûre grâce à un accompagnement sur-mesure proposé par la franchise et l’accès aux conventions bancaires de l’entreprise au sein de laquelle il crée une agence.

Comment est calculé le salaire d’un courtier immobilier ?

Comme nous l’avons déjà mentionné, le calcul du salaire des courtiers repose sur plusieurs critères. Au-delà de l’expérience et du niveau d’études, un courtier peut notamment voir son salaire mensuel brut varier en fonction de :

  • La commission : cette somme variable représente entre 0,5 et 1 % du montant total d’un emprunt. Reversée par la banque qui a consenti au prêt, la commission permet ainsi de rémunérer le courtier au titre d’apporteur d’affaires. Elle considère, de ce fait, que le courtier lui a permis de gagner un nouveau client avec un dossier déjà préparé et monté. À titre d’exemple, un emprunt de 300 000 euros peut donc rapporter entre 1 500 et 3 000 euros au courtier immobilier. Néanmoins, il y a souvent des plafonds avec la plupart des banques et celles-ci tendent à réduire les taux de commission ces dernières années.
  • Les frais de courtage : lorsqu’un client a recours à un courtier, il doit généralement s’acquitter de frais de courtage. Cette somme permet de payer l’ensemble du travail effectué par le courtier tel que le montage du dossier emprunteur, l’analyse de la situation financière et bien plus encore. Au plus l’investissement du courtier est important, au plus celui-ci pourra demander une somme élevée (de 990 à 2500 euros en moyenne). Nous estimons que les honoraires d’un indépendant représentent quant à elles environ 1% du montant financé par la banque.

Découvrez aussi comment choisir son courtier immobilier ?

Quelle est la rémunération d’un courtier immobilier ?

Pour résumer, la rémunération d’un courtier dépend par conséquent de son niveau d’études (de bac +2 à bac +5), de son expérience professionnelle, du montant de la commission perçue, des frais de courtage, de sa zone géographique (Paris, etc.), des primes de rendement et bien évidemment de son type de contrat (salarié, franchisé, etc.).

Selon son niveau général, un courtier immobilier peut ainsi espérer toucher un revenu plus ou moins élevé :

  • Courtier débutant : à ses débuts, le courtier peut percevoir près de 2 500 euros bruts mensuels, ce qui fait approximativement 30 000 euros bruts annuels.
  • Courtier expérimenté : en accumulant de l’expérience, un courtier peut atteindre entre 3 200 et 5 000 euros bruts mensuels, après au moins 5 ans d’activité.
  • Courtier expert ou mandataire : à la fin de sa carrière, un courtier immobilier peut toucher un salaire de plus de 8 000 euros bruts mensuels, ce qui fait plus de 100 000 euros bruts annuels.

Le salaire d’un courtier immobilier ne peut pas être précisément défini puisqu’il reste variable. En exerçant son activité professionnelle sous le statut de salarié, le courtier bénéficiera ainsi d’un salaire à la fois fixe (rémunération classique) et variable (commissions). De son côté, le courtier indépendant pourra voir son salaire changer d’un mois à l’autre, en fonction des commissions perçues. Dans sa situation, celles-ci représentent d’ailleurs l’une de ses uniques sources de revenus avec les frais de courtage.

Études, salaire, carrière… vous savez désormais tout sur le métier de courtier immobilier. Nous espérons que cet article vous aura aidé à mieux appréhender toute la complexité de cet emploi !

Pour commencer à vous former sur tout ce qui touche au crédit immobilier, à l’assurance emprunteur, etc. parcourez les nombreuses informations et les conseils donnés sur Immobilier Danger à ce sujet :

Comparez les taux
de 100 banques

pret bancaire

Comparez
40 assurances de prêt !

assurance de pret

Simulation
rachat crédit

rachat de prets