Alors que vous vous êtes lancé dans un projet d’achat immobilier, vous réfléchissez sans doute à opter pour l’accompagnement d’un courtier, afin de vous aider dans vos démarches et dans votre recherche de crédit immobilier. Un courtier est-il payant obligatoirement ? Et quand devez-vous vous acquitter de ses frais de courtage si tel est le cas ? Nous vous expliquons tout de la rémunération de votre courtier et de vos échéances.

Est-ce obligatoire de payer un courtier en immobilier ?

Il existe des courtiers gratuits pour l’emprunteur dans le cadre d’un prêt immobilier. Cette notion de gratuité apparaît lorsque la banque est seule à rémunérer le courtier par le biais d’une commission sur le montant de votre prêt, qui est généralement de 1% environ. Cette commission fait partie des divers accords commerciaux entre la banque prêteuse et le courtier partenaire. Dans ce cas, ce dernier est perçu comme un apporteur d’affaires par la banque, qui lui accorde par conséquent une commission à ce titre.

Cette dernière n’impacte donc en aucun cas le montant total de votre emprunt puisqu’elle fait partie intégrante de l’offre proposée, que vous soyez accompagné d’un courtier en prêt immobilier ou non. Vous profitez alors des services d’un expert, capable de négocier le meilleur taux pour votre dossier, sans engager aucun frais en tant qu’emprunteur.

quand payer un courtier immobilier

Le courtier peut toutefois décider d’appliquer des frais de courtage, indépendamment de cette commission. Ces frais varient généralement de 950 euros 2 500 euros et se basent sur les critères suivants :

  • Le montant total de votre crédit immobilier
  • La complexité de votre demande selon votre profil : apport relativement bas, notion de risque aggravé sur votre état de santé ou votre métier, etc.
  • Le temps passé pour l’accompagnement : votre projet est unique et peut nécessiter un travail plus important à votre courtier pour trouver le prêt immobilier adapté à votre situation. De plus, certains courtiers se limitent à quelques conseils ou une orientation vers des partenariats bancaires quand d’autres vous accompagnent plus largement en constituant votre dossier par exemple. Cette disparité de services implique indéniablement des frais plus ou moins importants quant à l’investissement de votre courtier.
  • Le montage financier : l’apport investi, le niveau d’emprunt souhaité, etc.

Dans tous les cas, et dès le premier entretien avec votre courtier en prêt immobilier, il est essentiel de connaître de manière claire son type de rémunération, et la hauteur de cette dernière si des frais de courtage sont à prévoir. De cette façon, vous déterminez précisément les dépenses liées à votre emprunt et pouvez orienter votre choix de courtier en fonction des différents devis.

Quand doit-on payer un courtier ?

Qu’il s’agisse de sa commission versée par la banque prêteuse, ou de ses frais de courtage qui doivent être réglés par vos soins en tant qu’emprunteur, un courtier ne perçoit ses honoraires qu’à la signature du prêt immobilier uniquement. Sa rémunération est donc soumise à la validation de votre contrat d’emprunt.

C’est pourquoi ce professionnel en financement immobilier a tout intérêt à trouver le prêt qui saura répondre à toutes vos attentes et s’adapter au profil de votre situation. Il constitue donc un atout indéniable dans vos recherches, et vous aide concrètement à finaliser votre projet.