Un oeil indépendant sur l'immobilier des particuliers en France

Immobilier-danger > Financement > Crédit immobilier > Faut-il déclarer votre crédit immobilier aux impôts ?

Où en est le marché immobilier ? Quelles sont les tendances pour l'immobilier en 2017 ?
> Téléchargez gratuitement le guide de l'achat immobilier en 2017 !

Faut-il déclarer votre crédit immobilier aux impôts ?

Vous êtes nombreux au moment de faire votre déclaration de revenus aux impôts à vous interroger sur le fait de parler de votre crédit immobilier. Nous allons voir dans quels cas vous pouvez déclarer les intérêts de votre prêt immobilier pour réduire vos impôts en 2017. Tous les achats immobiliers ne permettent pas de prendre en compte votre financement pour payer moins d’impôts. Pour aller plus loin, vous pourrez lire aussi notre dossier sur tout ce qui concerne l’immobilier pour votre déclaration de revenus aux impôts en 2017.

Le cas du crédit immobilier pour votre résidence principale ou secondaire

De 2007 à 2010, il était possible de déduire une partie des intérêts d’emprunt de votre crédit immobilier pour votre résidence principale de vos revenus afin de diminuer vos impôts. Pour ceux qui ne payaient pas d’impôts à l’époque, l’administration fiscale envoyait même un chèque de ce montant des intérêts. C’est ce qui s’appelait le crédit d’impôt immobilier. Celui-ci s’appliquait sur 5 ans et est donc terminé pour tous ceux qui ont acheté entre 2007 et 2010. Seuls ceux qui ont acheté un logement neuf BBC en 2010 peuvent encore déduire des intérêts de leur prêt immobilier puisque sur cette année-là, il y avait une possibilité de déductibilité de 40 % des intérêts payés sur 7 ans.

Depuis 2011, ce crédit d’impôt sur les intérêts d’un prêt immobilier a été remplacé par différentes versions du prêt à taux zéro. Celui-ci a d’ailleurs été fortement amélioré en 2016 et en 2017 et est redevenu plus avantageux. En 2017, il n’y a plus aucune possibilité de réduire vos impôts lorsque vous payez un crédit immobilier pour l’achat de votre résidence principale ou d’une résidence secondaire.

Découvrez tous les avantages fiscaux de la résidence principale.

La seule chose que vous pouvez faire en 2017 pour réduire le coût de vos remboursements de crédit immobilier souscrits depuis 1 à 15 ans est de profiter des taux d’emprunt actuellement très bas pour faire un rachat de votre prêt immobilier ou une renégociation. Vous trouverez tous nos conseils et informations à ce sujet à partir du lien ci-dessus. Recevez également une offre de rachat de votre crédit immobilier gratuitement et sans engagement. Cela vous permet de voir si c’est intéressant par rapport à votre emprunt immobilier actuel.

Le cas du prêt immobilier pou un investissement locatif

Contrairement au financement d’une résidence principale, les intérêts payés sur un crédit immobilier pour un investissement en immobilier locatif peuvent être déduits de vos revenus fonciers en fonction de votre régime fiscal pour ceux-ci. C’est d’ailleurs pourquoi, il peut être intéressant d’emprunter plus dans le cas d’un investissement immobilier pour profiter de cet avantage fiscal que vous n’avez pas pour votre résidence principale.

Déclaration des revenus fonciers au régime réel

Lorsque vous percevez des loyers sur des biens immobiliers mis en location, vous devez déclarer ces revenus aux impôts en plus de vos revenus d’activité. Lorsque vous choisissez de déclarer ces revenus locatifs au régime réel, vous devez ajouter tous les loyers bruts hors charges. Vous pouvez ensuite déduire tous les frais liés à ce logement.

Parmi ceux-ci, il y a les intérêts d’un emprunt immobilier. Ils viennent se déduire des loyers et vous permettent ainsi de payer moins d’impôts sur vos revenus fonciers. Dans certains cas, notamment au début des remboursements et après des travaux d’amélioration ou de remise au goût du jour, il est même possible de déclarer plus de frais que de revenus fonciers. On parle alors d’un déficit foncier que vous pourrez déduire de vos autres revenus ou sur les revenus fonciers des prochaines années.

Déclaration des revenus locatifs au micro foncier

Pour une déclaration beaucoup plus simple que le régime réel, vous pouvez opter pour le régime du micro foncier. Il faut pour cela que vous perceviez moins de 15 000 € par an de revenus sur touts vos locations. Dans ce cas-là, vous ne déduirez pas les intérêts du prêt immobilier, ni les autres charges et frais de cet investissement. À la place, vous pourrez utiliser un abattement forfaitaire de 30 % sur vos loyers bruts hors charges. Il n’y a donc pas d’avantage fiscal à emprunter pour financer cet investissement. Il est même plus intéressant de réduire vos frais réels et donc d’emprunter le moins possible.

Pour savoir si cela est intéressant pour vous, regardez si vous devez choisir le régime du micro-foncier pour vos revenus locatifs. Nous vous expliquons dans le détail dans quels cas c’est intéressant et dans quels cas il vaut mieux privilégier le régime réel pour payer moins d’impôts immobiliers.

Pour aller plus loin :

- Retrouvez tout ce qui concerne les impôts pour un achat immobilier.

- Apprenez à bien déclarer vos revenus locatifs pour que ce soit le moins coûteux pour vous.

- Informez-vous sur les taux de crédit immobilier actuels et les meilleurs taux en 2017.

- Regardez comment renégocier avec votre banque votre taux de crédit immobilier et changer d’assurance emprunteur.

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir et partagez le :

Faites de nombreux calculs pour trouver les meilleures solutions pour votre projet : utilisez nos calculettes immobilières gratuites !

Naviguez par thématique similaire : Impôt immobilier 

Qui sommes nous ? | Contact | Partenaires | Hit-Parade