Un oeil indépendant sur l'immobilier des particuliers en France

Immobilier-danger > Pratique > Faut-il toujours plus de propriétaires en France ?

Faut-il toujours plus de propriétaires en France ?

Auteur : David LELONG
En 10 ans, la France est passée d’un taux de propriétaires de 56.1 % à 58.2 %. Seulement pour accéder à la propriété, les Français s’endettent de plus en plus : pendant ce même laps de temps, la dette immobilière des Français a doublé ! Cette augmentation du nombre de propriétaires a donc un prix. De plus, quand on compare les taux de propriétaires de leur résidence principale dans les différents pays d’Europe on se rend compte qu’un pays de propriétaire et souvent un pays très endetté et peu compétitif.

58.2 % de propriétaires en France en 2012, contre 56.1 % en 2002

D’après les dernières statistiques de l’INSEE, le taux de ménages français qui est propriétaire de sa résidence principale augmente très légèrement d’année en année. Voici un tableau qui résume ces évolutions du taux de propriétaires en France :

Évolution du taux de Français propriétaires de leur résidence principale de 2002 à 2012

On remarquera que le taux de propriétaires accédants diminue d’année en année. Cela résulte en grande partie des prix immobiliers trop élevés qui excluent donc de plus en plus de locataires de la possibilité d’acquérir leur résidence principale.

Une dette immobilière qui a doublé en 10 ans pour une si faible augmentation

Les gouvernements précédents ont subventionné par de nombreux dispositifs la demande en immobilier : crédit d’impôt, prêt à taux zéro et autres prêts aidés, etc.

Ces aides au financement ont été accompagnées d’une politique de crédit très agressive (fort allongement de la durée d’emprunt, chute des taux des prêts, critères d’octroi plus souples, etc.).

La demande en immobilier a donc été fortement stimulée. Seulement, ce sont les vendeurs (et les intermédiaires) qui en ont principalement profité en répercutant cela sur les prix de vente. C’est ainsi que l’on a connu au début des années 2000 la plus grosse bulle immobilière d’après-guerre.

En effet, malgré les aides de l’État et des conditions de financement bien plus avantageuses qu’auparavant, les Français qui ont voulu acheter durant ces dernières ont dû fortement s’endetter pour cela. À tel point que la dette immobilière des Français a doublé en 10 ans.

La faible augmentation du nombre de propriétaires en France a donc été très coûteuse et pèsera sur l’économie du pays pendant de nombreuses années. Tout l’argent utilisé par les accédants pour rembourser leur crédit immobilier sera ce qui ira de moins dans l’économie.

Où se situe la France par rapport aux autres pays ?

Chaque pays européen a ses propres règles pour son marché immobilier et sa propre histoire. Ainsi on retrouve des situations bien différentes d’un pays à un autre. Différentes organisations et répartitions des propriétés existent. Par exemple, le taux de ménage propriétaires de leur logement varie fortement d’un pays à un autre comme le montrent ces chiffres communiqués par l’INSEE :

Comparaison du taux de propriétaires par pays en Europe

Ces chiffres se basent sur d’autres modèles de répartition que ceux de l’INSEE, d’où des écarts entre les chiffres présentés plus haut et ceux-ci pour la France. Ici, les chiffres d’Eurostat utilisent la même définition de "propriétaire de son logement" pour tous les pays.

On peut retrouver la version graphique de ces chiffres directement sur le site d’Eurostat avec des précisions sur les propriétaires (distinction entre ceux qui n’ont plus de prêt immobilier (bleu foncé) et ceux qui sont encore endettés (bleu clair)) et les locataires (distinction entre logements dans le parc privé (vert clair) et logements avec aide (vert foncé)) :

Graphique qui montre quels sont les pays où il y a le plus de propriétaires

En France, près de 30 % des propriétaires ont toujours un crédit immobilier à rembourser et ne sont donc pas pleinement propriétaires. Ils sont en quelque sorte locataire de leur banque.

Pays de propriétaires = pays en difficulté économique ?

Quels sont les grands pays d’Europe avec le plus grand taux de propriétaires et ceux avec le plus faible ? Les pays qui ont le plus grand taux de propriétaires sont-ils ceux qui s’en sortent le mieux ?

Voici quelques-unes des nations qui ont le plus de propriétaires : Espagne (83.0 %), Malte (80.1 %), Grèce (77.2 %), Portugal (74.9 %), Irlande (73.4 %), Italie (71.9 %), Belgique (71.6 %), Royaume-Uni (70.0 %), etc.

Et voici quelques exemples de nations avec un taux plus faible de propriétaires : Allemagne (53.2 %), Autriche (57.4 %), France (62.0 %), Danemark (66.6 %), etc. Les chiffres pour la Suisse ne sont pas cités, mais c’est également un pays où le taux de propriétaires est très faible par rapport aux autres pays.

La liste des pays importants où il y a beaucoup de propriétaires regroupe presque tous les pays qui connaissent actuellement de grandes difficultés économiques et financières. On y retrouve notamment les fameux PIIGS (Portugal, Italie, Irlande, Grèce et Espagne). Au contraire, les pays qui s’en sortent le mieux économiquement en Europe font partie de la liste des pays avec de nombreux locataires (Allemagne, Suisse, etc.).

Ceci est à mettre en parallèle de la perte de compétitivité de la France à cause des prix de ces logements.

Enfin, dans une étude sur la qualité de vie en Europe datant de 2008, Eurofound conclut que : "Il en ressort aussi clairement que le fait d’être propriétaire de son logement ne garantit pas de meilleures conditions de vie, comme le montre le nombre élevé de biens immobiliers nécessitant entretien et réparations dans certains des nouveaux États membres comptant des pourcentages élevés de propriétaires."

Faut-il soutenir l’accès à la propriété à tout prix ?

Dès lors, on peut se demander si les aides à l’achat font monter les prix de l’immobilier et s’il est donc utile en temps de difficulté économique pour l’État de continuer à subventionner la demande en immobilier.

Il semblerait que la volonté du gouvernement, et plus précisément de la ministre du Logement Cécile Duflot, soit de stopper cette tendance puisque Cécile Duflot veut faire baisser les loyers, les prix immobiliers et le foncier.

Les seules incitations financières qu’ils restent sont des dispositifs visant à soutenir la construction de nouveaux logements afin d’augmenter l’offre : recentrage du PTZ+ sur l’achat d’un logement neuf, défiscalisation en Pinel recentré sur les zones en manque d’offre et avec des loyers modérés.

Pour que cette augmentation de l’offre ait du sens et permette une amélioration des conditions de logement en France, encore faut-il qu’elle soit ciblée sur les zones où la demande est la plus forte.

Pour aller plus loin :

- Découvrez les banques qui font les meilleurs taux immobiliers actuels.

- Posez-vous ces 25 questions avant d’acheter et de devenir propriétaire.

- Renseignez-vous sur l’évolution des prix immobiliers en 2019.

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir et partagez le :

Où en est le marché immobilier ? Quelles sont les tendances pour l'immobilier en 2019 ?
> Téléchargez gratuitement le guide de l'achat immobilier en 2019 !

Faites de nombreux calculs pour trouver les meilleures solutions pour votre projet : utilisez nos calculettes immobilières gratuites !


Qui sommes nous ? | Contact | Vu dans la presse | Partenaires