Un oeil indépendant sur l'immobilier des particuliers en France

Immobilier-danger > Pratique > On ne manque pas de logements en France

On ne manque pas de logements en France

Auteur : David LELONG
Manque-t-on réellement de logements en France ? C’est la question que se posent de nombreux français et à laquelle il est difficile de répondre précisément. S’il existe de manière incontestée un manque de logements bien localisés, adaptés à la population locale et à des prix abordables, il n’y a en revanche pas de réel problème de quantité d’habitations en France !

Manque de logements : une définition difficile

Le manque de logements se résume-t-il à un manque d’appartements et de maisons par rapport à aux nombres d’habitants ? Il est difficile de le croire, c’est pourtant un raccourci qui est souvent utilisé dans les médias ou par les professionnels de l’immobilier ou encore par les politiques.

Pourtant, nous allons voir qu’il n’existe pas de réel problème de quantité d’habitations en France et que si c’était le cas, le problème pourrait se régler simplement en libérant du foncier. Non, la crise du logement en France est un problème bien plus complexe que cela. Il existe notamment de fortes disparités entre des régions qui souffrent réellement d’une pénurie de logements (pas assez de construction, fort accroissement de la population) et celles qui subissent une surabondance d’habitations (investissements trop massifs en loi Scellier, solde du flux migratoire négatif, par exemple). Les types d’habitations et leur qualité ne correspondent pas forcement à la population (surface inadaptée, logement inabordable par rapport aux revenus de la population locale, logements trop éloignés des zones de travail, etc.).

De nombreuses personnes ont cherché à étudier cette fameuse pénurie de logement en France, nous avons sélectionné différents articles ou discussions à ce sujet qui ont retenu notre attention par la qualité des analyses apportées :

- Manque-t-on de logements en France ? sur Esprit-Riche.com

- "Le manque de logements en France : une idée reçue ?" sur Cotation-immobilière.com

- "Manque de logements, familles en manque" sur l’Unaf.fr

- Analyse contradictoire sur la pénurie de logement sur le forum de bulle-immobiliere.org

Une quantité suffisante de biens immobiliers en France

La France possède suffisamment d’appartements et de maisons pour héberger l’ensemble de sa population et de manière décente. Seulement l’immobilier ancien doit être entretenu et des travaux de rénovation sont souvent nécessaires. L’emplacement de nombreux logements et le type d’habitation n’est pas adapté aux besoins des Français dans de nombreuses communes.

L’ensemble des appartements ou maisons à vendre ou à louer que l’on peut trouver sur des sites d’annonces immobilières, conjugués à une grosse proportion de logements laissés vacants laissent entrevoir une quantité surprenante de biens vides.

1.8 Million de logements vacants

Un logement vacant est un logement vide depuis plus de deux ans. L’INSEE a recensé plus de 1.8 Million de logements vacants en France, dont 330 000 en Ile-de-France. Il existe donc de nombreux appartements et de nombreuses maisons à l’abandon ou que des propriétaires gardent en attendant de les revendre à bons prix.

Pour faire face à ce phénomène grandissant le gouvernement a lancé dans différentes communes tests, une taxe sur les logements vacants. L’objectif est de faire revenir sur le marché immobilier des biens qui sont habitables et qui permettraient d’augmenter l’offre de logement en France soit par la mise en location de ces biens immobiliers, soit par leur vente.

Cette mesure doit s’accompagner de garanties supplémentaires aux propriétaires pour garantir le paiement des loyers. En effet, les impayés sur les loyers se multiplient et cela entraîne de nombreux propriétaires bailleurs à retirer leur bien du marché.

Il manque 800 000 logements sociaux en France

Un rapport datant de 2006 concluait par un manque de 800 000 logements en France. Ce chiffre est souvent ressorti tel quel sans préciser la nature de ces logements, or il ne s’agit pas d’un problème de quantité d’habitation puisque ce rapport pointait du doigt le fait qu’il manque 800 000 logements sociaux, c’est-à-dire des logements adaptés à la capacité de financement des Français. Ce qui n’est pas du tout la même chose. La construction massive d’appartements de luxe serait, par exemple, complètement inadaptée au problème.

Terrains constructibles : une raréfaction contrôlée

Dans une majorité de commune, l’obtention d’un terrain constructible à un prix abordable est tout simplement impossible. La raréfaction des terrains constructibles orchestrée par la politique du gouvernement amplifie la spéculation sur le prix des terrains et sur la rareté de l’offre foncière. Un changement de politique qui viserait une forte libération de terrains agricoles en terrains constructibles permettrait de construire dans des communes où l’offre est forte à des coups biens inférieurs à ceux pratiqués aujourd’hui.

Psychologie : la peur d’être sans logement

L’une des peurs qui ressort le plus souvent des sondages et celle de se retrouver sans logement et de devoir vivre dans la rue. Les professionnels de l’immobilier savent très bien comment jouer sur cette peur de la pénurie de logement. L’objectif est de jouer sur les sentiments et les émotions des particuliers dans le but de les empêcher de réfléchir, de se baser sur des éléments concrets et sur le bon sens.

L’argument de la pénurie de logement en France ressort donc souvent pour expliquer des prix surélevés aussi bien sur les prix d’achat d’une maison ou d’un appartement que sur les prix d’une location. Nous venons pourtant de voir que cet argument généraliste n’a pas de réel fondement et ne correspond pas à un problème de quantité d’habitation.

L’immobilier est devenu une valeur spéculative

Comme les matières premières, l’immobilier est un élément de base de notre vie d’humain qui est victime de la spéculation financière. La forte augmentation des prix de l’immobilier ces dernières années à entraîner l’immobilier dans une spéculation sur les prix des appartements et des maisons. Investisseurs professionnels et investisseurs particuliers ont acheté en masse des logements dans l’espoir de réaliser une bonne plus-value lors de la revente. 2004 et 2005 ont été des années de fortes expansions de la bulle immobilière en France.

L’envolée des prix des logements en France (+ 140 % en 10 ans) a permis à de nombreuses personnes et sociétés d’empocher de fortes sommes d’argent, mais a également contribué à rendre les logements inaccessibles à la location ou à l’achat pour une partie de la population, de plus en plus importante. L’offre étant bien inférieure à la demande, le sentiment de raréfaction était omniprésent et les achats devaient se faire dans la précipitation. Le dégonflement progressif de cette bulle immobilière permet de diminuer cet effet en inversant le rapport de force entre l’offre et la demande.

Pour aller plus loin :

- Découvrez les 60 villes jugées à risque pour l’immobilier locatif Scellier par le Crédit Foncier, principalement parce qu’on n’y a trop construit des logements pas adaptés à la demande.

- Posez-vous ces 25 questions pour déterminer quoi et quand acheter.

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir et partagez le :

Où en est le marché immobilier ? Quelles sont les tendances pour l'immobilier en 2019 ?
> Téléchargez gratuitement le guide de l'achat immobilier en 2019 !

Faites de nombreux calculs pour trouver les meilleures solutions pour votre projet : utilisez nos calculettes immobilières gratuites !


Qui sommes nous ? | Contact | Partenaires