Tout savoir sur les classes d’énergies d’un bien immobilier

Auteur : David LELONG

Depuis plusieurs années maintenant, nous avons pris l’habitude d’apercevoir ces étiquettes de couleurs sur les annonces immobilières. En effet, le 1ᵉʳ janvier 2011 vois naître une nouvelle réglementation concernant les informations devant obligatoirement apparaître sur ces dernières.

Symbolisant le classement énergétique d’un bien en fonction de ses performances, celles-ci sont tant indispensables que pratiques. Il est alors naturel de se demander comment ces dernières sont-elles déterminées ? Quelles sont les différentes classes d’énergie ? Que représentent-elles ? Immobilier Danger répond à chacune de vos questions concernant le classement énergie des biens en France.

DEVIS DIAGNOSTIC DPE >>

Classe d’énergie : définition et utilité

Dans le cadre d’une location comme d’une vente, la classe énergie d’un logement (maison ou appartement) est une donnée qu’il est important de prendre en compte avant toute démarche. Ces dernières sont alors réparties selon un système de notation allant de la lettre A à la lettre G.

Celles-ci vous permettent alors de déterminer, en amont, une estimation de vos consommations énergétiques si vous décidez d’habiter le logement en question. La qualité du bien immobilier et le confort que celui-ci vous assure au quotidien dépendent alors grandement de la classe énergétique de ce dernier.

Comment sont déterminées les classements énergétiques ?

Comme mentionné précédemment, la classe énergie d’une maison ou d’un appartement permet de déterminer la performance énergétique d’un bien immobilier. Il est alors intéressant de savoir comment celle-ci est définie afin d’en comprendre le fonctionnement ainsi que les potentielles améliorations à entreprendre de manière à améliorer ledit classement.

La lettre attribuée (entre A et G) à un logement résume alors le diagnostic de performance énergétique (DPE) qui a été réalisé sur ce dernier. Effectivement, c’est le DPE individuel d’un bien, une étude devant être renouvelée tous les 10 ans, qui permet d’établir ce classement. Au cours de ce diagnostic, plusieurs points sont alors contrôles par un diagnostiqueur certifié (chauffage, refroidissement ou production d’eau chaude sanitaire, etc.), afin de déterminer la consommation d’un bien. Ainsi, une fois cette étude menée à bien, une lettre de notation est alors attribuée : “A” étant la meilleure performance, et “G” la moins bonne. Il existe également un diagnostic DPE collectif.

Quelles sont les différentes classes d’énergie ?

Dans un premier temps, il est important de comprendre chaque élément figurant sur l’étiquette énergie qu’affiche un logement. Nous distinguons alors :

  • La classe énergie : estime la consommation annuelle d’une habitation
  • La classe GES : évalue les émissions de gaz à effet de serre.

Grâce à ces informations, un futur acheteur ou locataire peut alors comparer différents biens immobiliers en fonction de ses attentes en termes de performance énergétique et de consommation.

Mesuré en kWh/m²/an, le classement énergie d’un logement est alors :

  • “A” : une performance énergétique excellente, avec une consommation inférieure à 50 kWh/m²/an
  • “B” : une performance énergétique très bonne, avec une consommation oscillant entre 51 et 90 kWh/m²/an
  • “C” : une performance énergétique bonne, avec une consommation comprise entre 91 et 150 kWh/m²/an
  • “D” : une performance énergétique correcte, avec une consommation allant de 151 à 230 kWh/m²/an
  • “E” : une performance énergétique moyenne, avec une consommation comprise entre 231 et 330 kWh/m²/an
  • “F” : une performance énergétique faible, avec une consommation située entre 331 et 450 kWh/m²/an
  • “G” : une performance énergétique mauvaise, avec une consommation supérieure à 450 kWh/m²/an

classe d'énergie pour une maison ou un appartement : exemple d'étiquette

Notez qu’en France, la moyenne attribuée aux bien immobiliers correspond à la classe énergie de lettre E. Si vous achetez un bien entrant dans cette moyenne, il peut toutefois être nécessaire de réaliser des travaux de rénovation afin d’optimiser la performance énergétique du logement.

Effectivement, un bon DPE fait augmenter la valeur de votre maison. Les statistiques ont montré de combien les logements avec une bonne classe d’énergie se vendent avec un meilleur prix que les logements moins performants. Ainsi changer son appareil de chauffage pour un avec de meilleures performances (une vieille chaudière au fioul par une pompe à chaleur avec une bien meilleure efficacité par exemple) vous permet non seulement de faire des économies sur vos factures d’électricité ou de gaz et d’avoir une meilleure sensation de chaleur à l’intérieur mais également de valoriser le prix de votre maison. Il peut en être de même avec une amélioration de l’isolation du bâtiment.

Pour financer plus facilement ce type de travaux, pensez à vous renseigner sur les aides dont vous pouvez bénéficier comme MaPrimeRenov‘ ou d’autres dispositifs pour aider à la rénovation des logements en France. C’est l’une des priorités pour réduire les gaz à effet de serre (GES) et la facture énergétique du parc de logements français. L’État met donc en place de plus en plus de soutiens financiers pour réaliser ce type de travaux dans votre maison.

Comment décoder les classes énergétiques en termes de coût financier ?

Dès lors que nous avons défini à quelle performance énergétique correspond chaque classe, se pose alors la question de son équivalent en termes de coût. En effet, de manière à comprendre un tel classement, nous vous détaillons ici la traduction financière de ces données.

À titre d’exemple, pour un logement d’une surface de 100 m², les estimations sont les suivantes pour une facture globale (électricité, gaz, fioul, bois, etc.) :

  • Lettre “A” : moins de 250 euros par an
  • Lettre “B” : entre 251 et 500 euros par an
  • Lettre “C” : entre 501 et 750 euros par an
  • Lettre “D” : entre 751 et 1150 euros par an
  • Lettre “E” : entre 1151 et 1650 euros par an
  • Lettre “F” : entre 1651 et 2250 euros par an
  • Lettre “G” : plus de 2250 euros par an

En fonction de ces résultats, un futur acheteur peut alors déterminer le potentiel besoin, ou non, de réaliser des travaux visant à améliorer les performances énergétiques d’un bien. À titre de référence, il est estimé qu’un logement se voyant attribuer une note entre C et G pourrait bénéficier de ces rénovations, notamment en termes d’isolation, d’étanchéité, de système de chauffage ou encore de production d’eau chaude sanitaire.

Pour rappel le DPE fait partie des :

Découvrez combien coûte un DPE en France selon les logements (type, surface, etc.). Seuls certains bâtiments peuvent garder une étiquette énergie vierge.

Calculer l’étiquette énergie de son logement soi-même : comment faire ?

Pour toute habitation construite à partir de 1948 et chauffée individuellement, il est possible de déterminer l’étiquette énergétique au moyen d’une méthode simple. Pour ce faire, il convient de prendre en compte quelques critères indispensables.

Dans un premier temps, il faudra déterminer les caractéristiques thermiques du logement. Il s’agit alors de la zone géographique, du type de logement, des matériaux utilisés pour la construction, des murs, du type de vitrage, de l’isolation, etc. Dans un second temps, définissez les caractéristiques des équipements de chauffage ainsi que d’eau chaude sanitaire. Enfin, toutes les données relatives à l’occupation standard d’un logement, notamment en termes de température intérieure, utilisation d’appareils, d’absence annuelle, d’occupation quotidienne, etc. Toutes ces informations vous permettront ainsi de classer le logement en fonction de sa consommation annuelle.

De manière à vous orienter dans votre estimation, notez qu’il existe aujourd’hui de nouveaux moyens de déterminer la classe énergie d’un logement. En effet, nous retrouvons aujourd’hui différentes plateformes proposant des outils permettant de calculer votre consommation énergétique. Toutefois, si ces simulateurs sauront vous apporter une première estimation à titre indicatif, ils n’établissent pas d’étiquette valable. Seule celle attribuée à la suite d’une DPE réalisée par un diagnostiqueur certifié sera considérée comme officielle.

Comparez les devis
de diagnostic immobilier

diagnostic immobilier

Recevez une
estimation immo gratuite

estimation immobilière

Guide de la vente
d'immobilier en 2022

guide vente

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn