L’épidémie Covid-19 du Coronavirus commence à avoir plus d’impact en France. Depuis les annonces présidentielles du 12 mars 2020 sur les restrictions de déplacement et les mesures à prendre dans les semaines à venir, il convient de s’organiser pour cette période. Cela vient remettre en cause de nombreux projets et pose de nombreuses questions sur les conséquences de cette crise mondiale.

Tentons de faire un premier point sur les conséquences du Coronavirus sur le marché immobilier en France.

Un fort ralentissement du marché immobilier est à prévoir

Pendant cette période de confinement pour limiter la propagation du virus, les activités les moins indispensables vont tourner au ralenti.

Or, un achat immobilier demande, comme tout gros investissement, de la visibilité sur le long terme et un climat de confiance.

Rien ne sert de se précipiter et de multiplier les contacts pour réaliser votre achat immobilier dans les semaines à venir. Mieux vaut temporiser en patientant quelques mois et attendre que la situation se soit calmée pour investir beaucoup plus sereinement dans une maison ou un appartement.

De plus, une transaction immobilière, c’est avant tout de l’humain et des échanges nombreux :

- Des échanges avec des agents immobiliers

- Beaucoup de visites de logements

- Des négociations avec les banques

- Des rendez-vous avec un notaire

- Des besoins d’artisans pour vos travaux

- Etc.

Pendant cette période d’épidémie virale où les contacts humains vont devoir se réduire ou ils seront impactés par les quarantaines et la maladie, cela peut vite devenir un parcours du combattant de réaliser un achat immobilier. Bien plus qu’en temps normal.

Prenez plutôt du temps pour vous et vos proches. Un investissement immobilier se fait sur du très long terme. Vous n’êtes pas à quelques mois près.

Si vous tentez l’aventure, malgré tout, il faudra faire avec des délais beaucoup plus longs avec tous les intermédiaires dont vous aurez besoin.

Ainsi, il faut s’attendre après une année 2019 record par une explosion des ventes à une année 2020 beaucoup plus calme pour le marché immobilier français. Surtout si les contraintes se poursuivent pendant plusieurs mois.

Impact du coronavirus Covid19 sur l'immobilier en France

Impact des décisions des banques centrales sur le crédit immobilier : taux et autres conditions

Le secteur est fortement dépendant des taux d’emprunt bas que nous connaissons depuis plusieurs années.

Les banques centrales ont annoncé de nombreuses mesures pour répondre à cette crise économique provoquée par la crise sanitaire du Coronavirus :

- La FED, la BOE et d’autres banques centrales ont d’ores et déjà fortement baissé leurs taux directeurs. La Banque centrale européenne n’a pas baissé ses taux, mais il faut dire qu’elle n’avait pas autant de marge de manœuvre étant donné qu’ils sont déjà au plus bas depuis plusieurs années.

- Des mesures d’injections de liquidités pour soutenir les banques dans ce contexte ont déjà été réalisées, notamment par la BCE. En ce sens, cela garantit une continuité du fonctionnement du système bancaire. Les banques vont être soutenues pour continuer à faire vivre les entreprises et les particuliers.

Ainsi, il est sûr que les taux de crédit immobilier vont rester à des niveaux très bas. Ils vont même probablement baisser dans les semaines à venir si la situation le nécessite.

Les emprunteurs pourront en profiter pour faire un rachat de crédit immobilier à un meilleur taux et ainsi réduire leurs dépenses.

Malgré cela, les banques continueront probablement à appliquer les recommandations du HSCF et de la Banque de France sur la limitation du taux d’endettement et sur la réduction des prêts sur plus de 25 ans. Elles continueront également à réduire les prêts immobiliers sans apport personnel. Au moins dans un premier temps.

Par ailleurs, comme évoqué ci-dessus, il faudra s’attendre à un allongement du temps de traitement de vos dossiers de financement.

Remboursement d’un crédit immobilier pendant la crise

Pour tous ceux qui remboursent actuellement un crédit immobilier et qui risquent de connaître une période de chômage partiel ou des pertes financières, il convient de s’assurer que vous serez toujours en mesure de rembourser votre prêt immobilier.

Pour cela, il convient d’étudier attentivement votre contrat de crédit immobilier. Il contient des informations précieuses comme des possibilités :

- De report d’échéance. Tous les contrats ne le permettent pas, mais pour certains, il sera possible pendant quelques mois de ne pas payer leur mensualité d’emprunt. De quoi retrouver de l’air financièrement pendant cette période difficile et de reprendre sereinement les remboursements plus tard.

- De modulation des mensualités. Certains contrats contiennent également des clauses qui vous donnent le droit de demander en justifiant votre contexte actuel une augmentation ou une diminution de vos mensualités. Pouvoir moduler sa mensualité à la baisse peut se révéler très utile si le Covid-19 impacte vos revenus. Vous aurez ensuite la possibilité d’augmenter à nouveau celle-ci quand cette pandémie sera terminée.

Nous revenons plus en détail sur les solutions lors de difficultés pour rembourser un prêt immobilier.

Pour ceux qui ont des difficultés financières passagères dues à une baisse de revenus temporaires liés aux conséquences du Coronavirus sur votre salaire, n’hésitez pas à échanger avec votre banque pour trouver une solution. Les banques n’ont aucun intérêt à laisser se cumuler les défauts de remboursement. Essayez donc de négocier un arrangement même si votre contrat de prêt immobilier ne prévoit pas de report d’échéances ou de modulation des mensualités.

Enfin, pour réduire les coûts de votre financement, vous avez toujours la possibilité d’étudier :

- les offres de rachat de crédit immobilier pour profiter des taux actuellement très bas pour revoir vos conditions de remboursement.

- les offres d’assurance emprunteur pour utiliser la récente loi Bourquin pour changer de contrat pour une assurance de prêt moins chère.

L’immobilier est-elle une valeur refuge ? Est-ce le moment d’acheter ?

Certains professionnels du secteur profitent de la situation pour rappeler la perception de l’immobilier comme une “valeur refuge” et parlent même de possible bulle immobilière.

C’est sans rappeler que l’immobilier peut aussi connaître des pertes de valeur très importantes. Contrairement à la Bourse où vous pouvez suivre l’évolution de la valeur de vos actions toutes les secondes, vous n’avez pas les chiffres de variation du prix de votre maison ou de votre appartement qui défilent sous vos yeux.

Le marché immobilier est beaucoup plus lent. Il va d’abord connaître une période de réduction des transactions (plus de chômage et d’incertitudes économiques), mais pourra être soutenu par son soi-disant côté “valeur refuge”.

N’oubliez pas qu’un bien immobilier peut aussi perdre beaucoup de valeur, surtout lorsque les prix sont très élevés.

Rien ne dit que cela sera le cas dans ce contexte particulier lié à une pandémie mondiale Covid19. Cependant, il faut bien comprendre que cette crise va coûter plusieurs milliards d’euros. Beaucoup d’entreprises et de particuliers vont connaître des difficultés financières. Difficile de dire que cela n’impactera pas le prix de vente des logements dans les mois et années à venir.

Cette crise du Coronavirus risque de durer plusieurs mois et d’impacter l’économie mondiale pendant un bon moment. Il est trop tôt pour envisager l’ampleur des conséquences. Il faut espérer que le nombre de décès sera limité. Si cela ne devait pas être le cas, il y aurait en plus un changement important dans l’équilibre entre l’offre et la demande de logements.

Dernières informations pratiques pour le marché immobilier

Pour compléter cet article publié initialement le 14 mars 2020, voici quelques informations pratiques supplémentaires :

Ajouts fait le 16 mars 2020 à 11h :

- La plupart des agences immobilières vont fermer temporairement leurs portes. Ce sera notamment le cas de toutes celles qui adhérent à la FNAIM. Certains agents continueront sûrement les démarches les plus urgentes par mail ou téléphone. Ils travailleront à distance en télétravail comme tous ceux qui le peuvent.

- Aux dernières nouvelles annoncées dimanche 15 mars 2020, les notaires vont garder leur étude ouverte en essayant de traiter le plus de dossiers possible par téléphone, mail ou visioconférence. Cette décision ne fait pas l’unanimité parmi les notaires de France et les offices notariales pourraient également fermer dans les jours à venir.

- De nombreux courtiers gardent leurs cabinets fermés également dès aujourd’hui sans attendre des mesures plus restrictives de la part du gouvernement. C’est le cas par exemple des agences Empruntis.

- Certaines banques proposent des modalités particulières exceptionnelles pour soutenir leurs clients. C’est par exemple le cas dans ma région avec le Crédit Agricole des Savoie qui annonce des possibles reports d’échéances des crédits jusqu’à 6 mois. D’autres banques devraient faire des gestes similaires.

- La trêve hivernale a été prolongée de 2 mois par le gouvernement afin de protéger les plus faibles et d’éviter les expulsions pendant cette période de crise.

Ajouts du 17 mars 2020 à 10h :

Suite au durcissement du confinement, toutes les agences immobilières, les études des notaires, les bureaux de courtiers, etc. sont fermés.

Pour les projets déjà bien avancés et en cours de finalisation, il convient de voir avec les personnes concernées ce qu’il est possible de faire par téléphone et mails.

Pour beaucoup de dossiers, ils sont suspendus jusqu’à ce qu’une activité normale puisse reprendre.

Ajouts du 14 avril 2020 à 9h :

Le Président de la République a annoncé hier soir un prolongement du confinement au moins jusqu’au 11 mai 2020. D’ici là, un plan pour l’après sera proposé avec différentes dispositions pour que les activités puissent reprendre progressivement en limitant les risques.

Cela devrait permettre, si la situation sanitaire évolue convenablement, de voir ouvrir à nouveau les études des notaires, les agences immobilières ou les bureaux des courtiers, etc. Bref, pour ceux qui ont un projet immobilier à l’arrêt actuellement, il pourra probablement reprendre lentement d’ici la mi-mai.

En attendant, voici une perspective de ce qui attend l’immobilier après le confinement ainsi que les conséquences à plus long terme.

Découvrez également quelle banque propose le meilleur taux immobilier en 2020