Plusieurs bonnes nouvelles dans les actualités immobilières viennent compenser en partie une situation devenue plus difficile pour le marché immobilier. Revenons sur les nouveautés de ce mois d’octobre 2020 pour le marché immobilier. Nous allons notamment revenir sur les améliorations du prêt Action Logement ou la future possibilité de résilier à tout moment son assurance de prêt immobilier.

Dans le contexte actuel et cela malgré des taux de crédit immobilier stables depuis quelques mois, les courbes de Friggit démontrent à quel point le pouvoir d’achat immobilier a fondu ces derniers trimestres. Pour revenir au niveau de fin 2019, il faudra soit une baisse importante des prix, soit un cumul avec une baisse des prix modérée et une baisse des taux.

Enfin, nous reviendrons aussi sur les derniers chiffres de l’indice de référence des loyers qui sert à l’augmentation des loyers ou sur les nombreux changements d’investisseurs qui arrêtent la location saisonnière du type Airbnb pour revenir sur de la location longue durée.

De belles améliorations pour le prêt accession d’Action Logement

Avec des taux de crédit immobilier très bas depuis plusieurs trimestres, certaines aides financières avaient un peu perdu d’intérêt. Il faut dire qu’au meilleur moment, c’est-à-dire  au second semestre 2019, plus de la moitié des crédits immobiliers étaient accordés avec un taux d’intérêt inférieur à 1.00 %. Difficile de faire mieux que cela à part pour le prêt à taux zéro qui n’est accessible que pour un primo-accédant qui achète sa résidence principale.

C’était par exemple comme le prêt patronal d’Action Logement ces derniers mois. Mais Action Logement (ex. 1 % Logement) vient d’annoncer des changements importants qui vont rendre beaucoup plus attractif ce dispositif. Il va pouvoir venir compléter efficacement votre crédit immobilier pour financer l’achat de votre maison ou de votre appartement.

Jusqu’à 40 000 € de prêt à 0.5 % sur 25 ans

Pour rendre plus intéressant son offre dans ce contexte actuel de taux bas, Action Logement (ex. 1 % Logement) vient d’annoncer différentes mesures très intéressantes pour l’emprunteur :

  • Un doublement du montant du prêt qui peut ainsi atteindre jusqu’à 40 000 € au lieu de 20 000 € auparavant.
  • Une baisse du taux d’intérêt fixe de ce prêt patronal à 0.50 %, contre 1 % jusque-là (hors assurance de prêt immobilier).
  • Un allongement de la durée maximum de remboursement possible à 25 ans contre 20 ans.
  • Une possible utilisation du montant de ce prêt patronal pour financer les frais de notaire et donc venir compléter votre apport personnel. Très utile quand on sait que la plupart des banques demandent désormais au moins 10 % d’apport pour accorder un crédit immobilier.

Retrouvez plus d’informations sur le prêt accession d’Action Logement.

Immobilier octobre 2020 : actualités et statistiques

Évolution des taux de prêt immobilier en octobre 2020

Globalement depuis 3 mois, les taux de crédit immobilier sont assez stables. Ils ont augmenté sur les premiers mois de l’année 2020 après avoir battu record sur record en 2019. Mais depuis quelques semaines, les baromètres des taux sont assez réguliers.

Les banques n’ont pas, contrairement à ce que l’on pouvait penser, profiter de la rentrée pour baisser leur grille de taux pour un crédit immobilier. Elles ont surtout continué à appliquer assez strictement les recommandations du Haut Conseil en stabilité financière (HCSF) à savoir : au moins 10 % d’apport personnel, très peu de prêt sur plus de 25 ans, stricte application d’un taux d’endettement maximum à 33 %, etc.

Nous revenons sur toutes ces actualités des taux de prêt immobilier en octobre 2020 dans notre précédent article.

Depuis le 1er octobre, date de publication de cette dernière analyse, nous avons simplement constaté quelques légères baisses de taux sur différentes durées. Les taux semblent diminuer de l’ordre de 5 points de base sur l’ensemble des durées et cela pour les taux de prêt immobilier moyens annoncés par les courtiers. Cela laisse envisager de voir début novembre une nouvelle baisse des taux immobiliers sur l’ensemble du mois d’octobre.

Attention, le taux d’intérêt ne fait pas tout, il convient de soigner l’ensemble des éléments de son dossier de prêt immobilier.

Il est beaucoup plus difficile d’acheter de l’immobilier que fin 2019

Comme vous avez pu le constater ces derniers mois, les derniers chiffres sur les prix de l’immobilier montrent de fortes augmentations dans la plupart des grandes villes en France dans les dernières statistiques officielles.

Si cela s’accompagnait de hausses des salaires et d’une baisse des taux, cela serait supportable et on pourrait trouver un certain équilibre. Mais ce n’est pas du tout le cas. Nous sommes en pleine crise économique depuis plusieurs mois et beaucoup de particuliers subissent des baisses de revenus, parfois importantes. En outre, comme nous l’avons vu ci-dessus, les taux de prêt immobilier ont augmenté de manière modérée et les banques ont restreint fortement l’accès au crédit immobilier pour les ménages avec les moins bons dossiers.

Ainsi, une hausse des prix et une baisse des revenus disponibles en même temps, cela donne une explosion du ratio “prix des logements / revenus disponibles” et comme on peut le voir sur ces courbes de Friggit, cela est valable partout en France :

Friggit octobre 2020 : évolution des prix de l'immobilier par rapport aux revenus

L’effet cocktail est tel quand on ajoute le fait que les taux d’emprunt ont, de plus, augmenté pendant cette période, que le pouvoir d’achat immobilier a chuté assez brutalement en 2020 :

Pouvoir d'achat immobilier en octobre 2020

Ces courbes permettent de voir où nous nous situons actuellement par rapport aux mêmes variables dans le passé. Impossible de prédire comment cela va évoluer dans les années à venir. Les choses vont-elles s’améliorer ou se détériorer dans les années à venir ? Suspense. Une baisse des prix permettrait de redonner du pouvoir d’achat immobilier, mais rien ne dit que l’équilibre des différents éléments s’ajustera de cette manière.

On est encore loin des mauvaises années pour acheter comme en 2012 ou 2013. Mais nous sommes désormais très loin de la situation d’il y a seulement 2 ou 3 trimestres.

Résiliation d’assurance emprunteur à tout moment

Les députés ont voté le 2 octobre 2020, un amendement qui va permettre à tous les particuliers de pouvoir changer d’assurance de prêt immobilier à tout moment.Une véritable révolution qui a commencé il y a plusieurs années avec la loi Lagarde en 2010 qui a introduit la possibilité de faire de la délégation d’assurance emprunteur.

C’est-à-dire que cela ne sera pas réservé aux 12 premiers mois de vie du contrat (loi Hamon) ou à chaque date anniversaire (amendement Bourquin) de celui-ci. Non, le texte de l’article42 Bis de la loi ASAP (Accélération et Simplification de l’Action Publique) est clair à ce sujet, il sera désormais d’ici quelques mois possible de résilier à tout moment son assurance emprunteur.

Il faut encore que l’ensemble de ces textes soit validé définitivement par la commission paritaire mixte (CPM) dans les jours à venir. Mais, ceci devrait permettre d’ici quelques mois à plus de 3 millions de ménages de pouvoir faire jouer la concurrence beaucoup plus facilement entre leur banque et les assureurs qui proposent un contrat d’assurance de prêt immobilier externe spécifique à votre situation.

Si tous les particuliers cherchent la meilleure assurance emprunteur possible pour leur crédit immobilier, cela pourrait redonner plusieurs milliards d’euros de pouvoir d’achat. Un bon bol d’air financier en ces temps difficiles.

Un tiers des investisseurs abandonnent la location saisonnière de courte durée

D’après une étude de PAP, 33 % des investisseurs immobiliers ont abandonné ou sont certains d’abandonner la location saisonnière de courte durée de type Airbnb, Abritel, etc. :

  • 9 % des bailleurs ont déjà arrêté la location saisonnière depuis la crise sanitaire (12 % à Paris et en Ile-de-France, 6 % en Province)
  • 24 % sont certains d’arrêter dans un avenir proche (26 % en Ile-de-France, 21 % en Province)
  • 21 % se posent la question étant donné le contexte (25 % à Paris et en Ile-de-France et 19 % dans les autres agglomérations)
  • Seulement 37 % sont certains de continuer (29 % en Ile-de-France, 45 % dans les autres agglomérations)

Les principales difficultés proviennent du manque de touristes en 2020 et des trop nombreuses contraintes de gestion.

Sur tous ces bailleurs, 46 % passent ou vont passer sur un contrat de location de longue durée classique soit en location meublée ou nue. 17 % choisissent un bail de location étudiant sur 9 mois en espérant pouvoir reprendre de la location de courte durée d’ici plusieurs mois. À noter que 21 % d’entre eux préfèrent reprendre ce logement pour leur usage personnel.

Ces changements de mentalité vont permettre de détendre au moins temporairement les difficultés de trouver un appartement en location dans certaines zones touristiques, notamment à Paris ou dans d’autres villes très visitées.

Retrouvez nos conseils pour réussir votre investissement immobilier locatif en toute sérénité.

Prolongation et amélioration du dispositif loi Pinel et du PTZ

Alors que le dispositif de défiscalisation Pinel et le prêt à taux zéro devaient initialement prendre fin au 31 décembre 2021. Le gouvernement a annoncé que ces dispositifs allaient être prolongés et améliorés à partir du 1er janvier 2022. Ceci devrait permettre de donner de la visibilité et de la stabilité au secteur de la construction de logements. Il faut dire que le marché de l’immobilier neuf est fortement dépendant de ces aides de l’État.

Des concertations vont avoir lieu dans les mois à venir entre tous les acteurs du logement neuf afin d’étudier les différentes améliorations possibles. On y retrouvera sûrement des directives pour inciter à construire des logements plus vertueux dans le cadre de la transition écologique et énergétique ou un meilleur zonage pour mieux prendre en compte les spécificités de chaque territoire.

Retrouvez toutes nos informations sur la loi Pinel en 2020 et 2021 ainsi que sur le PTZ en 2020 et 2021.

Une augmentation de loyer très limitée avec un IRL à +0.46 % au 3ème trimestre 2020

L’indice de référence des loyers est indexé sur les prix à la consommation hors tabac et loyers. Quand l’inflation est moins forte, il est donc normal de voir l’augmentation de l’IRL se faire beaucoup plus faible.

Ainsi, d’après les derniers chiffres de l’INSEE publiés ce jeudi 15 octobre 2020, l’indice des loyers du 3ème trimestre 2020 est de 130.59. Soit une hausse annuelle de 0.46 %. C’est la hausse la moins forte depuis fin 2016.

évolution indice de référence des loyers au 3ème trimestre 2020 - INSEE du 15 octobre 2020

Pour rappel, c’est cet IRL qui sert à plafonner l’augmentation de loyer que peut appliquer un propriétaire bailleur à un locataire lors de la révision de son loyer chaque année. Cela permet de limiter les abus et ne constitue en rien une obligation d’actualisation.