En ce mois d’août 2020, les actualités immobilières se font moins nombreuses. Une pause estivale bien méritée après un boom de l’activité en juin pour rattraper le confinement. Nul doute que cela devrait s’agiter plus vigoureusement dans les jours et semaines à venir.

Ce mois-ci, nous allons revenir plus longuement sur le flou qui règne actuellement autour de l’évolution des prix de l’immobilier en France depuis le déconfinement. Nous évoquerons également la baisse des taux de crédit immobilier observé cet été avant de finir par un focus sur la taxe foncière de 2020.

Difficile d’avoir des informations fiables sur les prix de l’immobilier actuels

Comme prévu, il est actuellement compliqué d’obtenir des informations fiables sur les prix de l’immobilier d’après confinement.

Cela s’explique par différents facteurs :

  •  un processus d’achat immobilier prend plusieurs mois : le temps de faire les recherches, les visites, de négocier le prix, de signer un compromis de vente, d’obtenir son prêt immobilier et d’enfin obtenir la signature de l’acte définitif et la remise des clés. Bloqués à différentes étapes de leur projet suite au confinement, beaucoup de transactions ont pris du retard, ont été décalées voire annulées. Cela sème le trouble au niveau de tous les indicateurs de prix.
  •  le seul véritable indice fiable sur les prix est celui issu des véritables prix de vente des biens immobiliers. Or, pour tous les biens vendus après deux mois de confinement, il faut un certain temps pour finaliser les transactions, encore du temps pour que ces transactions soient définitives et aboutissent réellement à une vente. Vous ajoutez à cela un délai pour que les chiffres de ces ventes remontent dans les outils de statistiques des notaires, de l’INSEE ou de tout autre émetteur.

Ainsi, pour un acquéreur qui a visité des biens fin mai, qui a signé au mieux un compromis de vente en juin, il n’a pas encore finalisé son processus d’achat en cette fin août, surtout avec la période estivale. Autant, dire que les vrais chiffres des ventes générées après le confinement ne commenceront à être connus que d’ici quelques mois au mieux.

Actualités de l'immobilier en août 2020

 

Cacophonie médiatique sur les prix immobiliers

Pendant ce temps, on peut entendre ou lire de tout sur les prix de l’immobilier en France, à Paris ou ailleurs. Prenez donc du recul lorsque vous lisez de tel propos.

Pour rappel également, il n’y a pas un seul marché immobilier, mais des milliers de micro-marchés tous différents de par leur secteur géographique, leurs types de biens, etc. Impossible de faire des généralités et il est beaucoup trop tôt pour obtenir une vision claire du mouvement global qui fait suite à cette période de crise sanitaire et économique.

Pour rappel, les données des ventes réelles sont disponibles via différents accès, notamment :

  •  La base DVF qui reprend toutes les ventes de ces dernières années, mais qui ne peut donc pas encore contenir de prix de vente négocié après le confinement.
  •  La base Patrim qui permet elle aussi d’obtenir les prix des différentes ventes récentes par secteur géographique.

De nombreux vents contraires à la hausse des prix

Tout ce que l’on sait concrètement à l’heure actuelle, c’est que la tendance de hausse des prix des mois avant le confinement (très fortes dans les grandes villes recherchées et modérées ailleurs) a pris du plomb dans l’aile car plusieurs facteurs jouent en défaveur d’une augmentation des prix :

  •  Les banques sont beaucoup plus sélectives avant d’accorder un crédit immobilier. Ce qui joue fortement sur le nombre d’acquéreurs solvables et qui réduit le nombre de transactions.
  •  Les taux d’usure bas viennent accentuer cette tendance de difficultés à financer de nouvelle acquisition avec différents projets qui coincent à cause d’un taux annuel effectif global (TAEG) trop élevé.
  •  Les taux de prêt immobilier sont plus hauts qu’il y a quelques mois : malgré une légère baisse en août, le taux d’intérêt d’un prêt immobilier est plus élevé que fin 2019 ou que début 2020. C’est un autre facteur qui pèse sur le pouvoir d’achat immobilier des ménages.
  •  Malgré un soutien des pouvoirs publics et la mise en place d’un chômage partiel massif, beaucoup de particuliers ont vu leurs revenus diminuer, voire ont perdu leur emploi. Ce n’est jamais un bon signal pour le marché immobilier car cela vient encore réduire le nombre d’acquéreurs solvables.
  •  Les incertitudes sur la santé économique (et sanitaire) et sur l’emploi en particulier dans les mois à venir peuvent également inciter les Français à retarder ou à annuler des projets immobiliers.

Ces différents facteurs devraient, indépendamment de la période de confinement, entrainé un fort ralentissement au niveau des ventes de logements neufs comme anciens.

Or, historiquement, si une telle période dure dans le temps, cela se traduit la plupart du temps par des baisses de prix généralisées dans les trimestres suivants. Contrairement à la bourse où les prix s’ajustent en quelques jours, il faut du temps pour que l’offre s’adapte à la capacité d’achat de la demande en immobilier, souvent plusieurs mois.

Les taux de crédit immobilier sont en baisse cet été

Néanmoins, la bonne nouvelle vient du côté de l’évolution des taux de prêt immobilier. Après plusieurs mois de hausses successives, on a observé une baisse de taux sur les crédits immobiliers contractés en juillet par rapport à ceux de juin.

Le mouvement semble se poursuivre en août 2020 comme nous l’indiquons dans notre analyse des taux de crédit immobilier en août 2020.

Les banques semblent redonner un peu d’air au marché en revenant à des barèmes de taux un peu plus attractifs. Cependant, il y a encore des écarts non négligeables par rapport aux meilleurs taux observés fin 2019.

L’impact des recommandations du HSCF semble également se voir dans les statistiques sur la moyenne des durées de remboursement puisque celle-ci plonge de 7 mois d’un coup pour revenir à 224 mois. Un niveau qui n’avait pas été observé depuis 2 ans.

Les conditions sont réunies pour que les banques maintiennent des conditions d’accès plus favorables au crédit immobilier pour le mois de septembre afin de ne pas ralentir encore plus un marché déjà en souffrance. Elles en ont d’autant plus intérêt que leur production de nouveaux crédits immobiliers est actuellement très basse par rapport à aux années précédentes.

Chaque banque choisit sa propre stratégie. En fonction de votre projet d’achat, de votre situation personnelle et professionnelle, vous n’obtiendrez pas le même type d’offre d’une banque à une autre. C’est pourquoi il est préférable de rechercher la meilleure banque pour votre crédit immobilier.

Tout sur la taxe foncière en 2020

Bientôt la rentrée scolaire. C’est aussi le moment où les propriétaires d’un bien immobilier en France vont recevoir leur avis de taxe foncière pour 2020.

C’est celui qui est propriétaire d’une maison ou d’un appartement au 1er janvier 2020 qui devra payer cet impôt local pour la mi-octobre 2020.

Retrouvez toutes nos informations sur la taxe foncière en 2020 :

Enfin, un mois après, ce sera au tour de la taxe d’habitation de revenir dans les actualités immobilières. Mais elle ne concernera plus pour cette année que les 20 % des ménages qui perçoivent le plus de revenus. Nous en reparlerons donc le mois prochain.

Pour ceux qui ne veulent pas attendre, toutes les informations utiles se trouvent sur notre page sur la taxe d’habitation en 2020.